Activités au Centre

Salle de travail à disposition

  • BALNEOTHERAPIE

La balnéothérapie, pratiquée en bassin ou en pataugeoire, est l’un des médiateurs utilisés auprès de l’enfant atteint d’autisme. Avec un accompagnement, elle permet à l’enfant d’entrer en relation et de prendre conscience de son corps immergé dans l’eau.

  • PSYCHOMOTRICITE

La psychomotricité vise à favoriser le développement harmonieux des capacités motrices cognitives et socio-affectives de la personne, dans le but de promouvoir un bien-être personnel qui lui permettra une meilleure adaptation à son milieu. Les principales habiletés travaillées sont, par exemple : le développement de la motricité générale comme marcher, coordonner ses mouvements …, et le développement de la motricité fine comme écrire, découper, …

La psychomotricité peut beaucoup apporter à une personne avec autisme, car on constate souvent un retard significatif dans le développement moteur de ces enfants. La marche, par exemple, est souvent retardée ; une grande maladresse est aussi fréquente. De plus la psychomotricité permet de caractériser un éventuel Trouble de Déficit d’Attention associé, et de travailler ensuite la concentration, l’attention et l’impulsivité.

  • ATELIER
  • Améliorer la capacité d’apprentissage,
  • Stimuler la capacité d’attention,
  • Augmenter l’expression par l’art, les mots, les gestes et la langue des signes,
  • Améliorer le langage, la communication et la socialisation,
  • Construire l’intégration sensorielle,
  • Réduire les comportements d’auto-stimulation,
  • Activer l’air visuo-perceptive du cerveau.
  • CLASSE

Établir un bilan scolaire durant la période d’observation,

–     Soutenir l’enfant dans sa scolarité et ses apprentissages,

–   Collaboration avec l’équipe éducative (structure accueillant les jeunes autistes) : constats d’apprentissage, axes de travail communs pour viser la généralisation des acquis…

– Collaboration avec l’équipe thérapeutique (Psychologue, Orthophoniste, Psychomotricienne) pour échanges interactifs et harmonisation de pratiques…

Les méthodes scolaires

– Travail en équipe avec l’équipe pluridisciplinaire : en lien direct avec le projet de la structure, du projet global individualisé de chaque enfant (lui-même contractualisé avec la famille),

– Lien avec la famille, l’école…

– Mode d’intervention auprès des enfants :

Accueil collectif du groupe :

Rituels autour des présents, absents, comptines, chansons à gestes, jeux de doigts, météo « découverte sensorielles »… avec accompagnement d’éducateurs.

Classe individuelle :

Prises en charge pédagogiques individuelles avec un temps limité (Timer)

Une ou deux prises en charge par matinée.

Par groupe de 3 enfants.

Le matin, temps d’activités transversales :

– En maîtrise de la langue (lecture, écriture) avec l’Orthophoniste.

– Sur le thème des jeux d’eau en co-animation avec l’A.M.P.

– En découverte du monde (approche des quantités et des nombres) avec l’Orthophoniste.

Apprendre à Compter

Mise en place du PECS en équipe pluridisciplinaire.

  • ÉVEIL SENSORIEL

Le toucher (animé par la Psychologue et la Psychomotricienne). À l’aide de jeux sensoriels et de manipulations, il s’agit de faire découvrir différentes matières et d’affiner la motricité fine.
À travers ces manipulations, l’objectif est aussi d’amener l’enfant à expérimenter les notions spatiales (dedans/dehors), les volumes, et de développer la perception (reconnaissance d’objets et de matières au toucher, tris, catégorisation…). Il s’agit aussi d’encourager les enfants dans les interactions de groupe.

  • SALLE D’APAISEMENT

Contexte, enjeux et objectifs

Ces recommandations s’inscrivent au programme de travail de l’Anesm au titre du Programme 3, « les points de vigilance, la prévention des risques ».

Ces travaux s’inscrivent dans la continuité des travaux abordant « Les comportements-problèmes au sein des établissements et services accueillant des enfants et adultes handicapés : Prévention et Réponses ». Il s’agit du volet 3 de ces recommandations.

En amont des « comportements-problèmes », ces recommandations portent sur la réflexion, l’organisation et les évaluations à mettre en place pour concevoir et/ou réaménager les espaces, décrire les possibilités de retrait ainsi que les modalités des différents types de retrait. Ce cadre s’inscrit dans le projet d’établissement puis de façon individuelle dans le cadre du projet personnalisé de la personne.

L’objet n’est pas le développement d’espaces de calme-retrait et d’apaisement pour gérer la crise mais la mise en œuvre de mesures de prévention et de protection en amont des « comportements-problèmes » pour permettre à la personne de trouver un espace pour s’apaiser et en cas de « comportements-problèmes » pour éviter d’arriver à la crise.

Ces recommandations portent en outre, sur les méthodes alternatives pour prévenir une crise (évaluation des besoins au préalable, identification des stratégies mises en place par la personne, apprentissage et mise en œuvre des facteurs de protection préalablement identifiés) et pour prévenir l’apparition d’une situation de danger (réduction des dangers potentiels, diminution des stimuli environnementaux, etc.).

Aussi pour accompagner et soutenir les professionnels dans leur démarche de bien traitance, l’Anesm a élaboré des recommandations qui décrivent le processus de décision à mettre en œuvre en cas de mise en danger ainsi que l’accompagnement nécessaire.

Cuisine équipée, salle à manger, salon, bibliothèque, vidéothèque, jardin…

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

Laisser un commentaire